les sites satellites - 2013

MIRA SANDERS

le journal d'un usager de l'espace

les sites satellites - 2013

24 impressions couleur sur papier Hahnemuller 276 gr, crayon et encre blanche + 1 contre-collage et dessin in situ, ca. 100 x 80 cm, 24 x (21 x 14,8 cm), édition 1/3, 2013

 

 

 

LES SITES SATELLITES

 

Site: configuration du lieu ou du terrain où s’élèvent une ville, un village, une station, un monument, où est construite une route; manière dont l’objet géographique s’inscrit dans le lieu qu’il occupe par rapport à son environnement immédiat.

 

Satellite: qui est proche de et qui en dépend; qui est lié à, qui est auxiliaire de.(1)

 

L’oeuvre Les Sites Satellites juxtapose une série de dessins-collages avec un texte. Elle forme dans son ensemble un « chemin de fer »(2) éditorial sur la table de l’exposition Conversation Pieces. Les dessins-collages se composent de découpes de photocopie (n&b) prolongées par des lignes et des formes faites au crayon, à l’encre blanche et à l’aquarelle. Les photocopies représentent des photos (3) du Centre des Télécommunications à Rennes prises durant la période 2008-2012. Cette période correspond à une suspension des activités du Centre. L’inventaire des documents graphiques et photographiques du Centre réalisés de 1970 - 1975 par l’architecte et urbaniste Louis Arretche (1839-1992), a également été consulté à la Cité de l’Architecture & du Patrimoine à Paris pour nourrir le projet. Les fragments découpés du Centre des Télécommunications recréent par leur composition, de nouvelles constructions : les « Satellites ». Chaque Satellite flotte dans l’espace des pages blanches. Ces compositions évoquent les dessins suprématistes (4) lorsqu’ils déjouent la pesanteur en introduisant une dimension cosmique.

 

Le texte évoque, sur base de faits réels, une rencontre avec un chauffeur de taxi qui m’a fait visiter Beyrouth une nuit de juin 2011. Le dialogue transfigure les monuments visités, reconnus ou non-reconnus à Beyrouth, en des sites satellites. Une aventure qui se reconstruit dans la durée de l’exposition Conversation Pieces. Le public découvrira la fin du l’histoire le jeudi 12 décembre 2013 lors de la présentation de l’exposition en présence des artistes.

 

1. Source http://www.cnrtl.fr/definition/

2. L’outil indispensable de l’éditeur : le chemin de fer. Un chemin de fer est un document sur lequel figure à la « queue leu leu » toutes les pages d’un livre, et où la page de droite et la page de gauche en vis-à-vis sont accolées. Cela constitue une sorte de train avec des wagons, d’où le nom. Il permet de vérifier l’alternance page de droite/page de gauche et de visualiser la répartition des illustrations, ainsi que de contrôler la pagination de l’ouvrage. Source: http://www.alliance-editeurs.org/formation/sequence-13-les-outils-de-l?lang=fr

3. J’ai trouvé une grande partie des images du Centre des Télécommunications sur le blog ‘+-/ EntreVoir (http://entrevoirart.blogspot.be/), réalisé par Etienne Taburat en 2012. Je le remercie d’avoir autorisé l’utilisation de ses images pour la réalisation des dessins ‘Satellites’. Sans sa documentation, les ‘Satellites’ auraient pris une autre tournure.

4. Le nom de ce mouvement d’avant-garde russe dérive du mot “ suprême “ et reflète les idées de Malevitch (1878-1935), son chef de file. Les théories suprématistes, qui affirment la souveraineté de la forme abstraite limitée au carré, au rectangle, au cercle, au triangle et à la croix, sont exposées dans les nombreux écrits du peintre, et son oeuvre elle-même en est la meilleure illustration. Source: http://www.larousse.fr/encyclopedie/peinture/supr%C3%A9matisme/154559